X

© Alain Herzog

ETUDIANTS

L’équipe suisse, gagnante du Solar decathlon 2017, est composée d’étudiants de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), de la Haute école d’ingénierie et d’architecture de Fribourg (HEIA-FR), de la Haute école d’art et de design de Genève (HEAD) et de l’Université de Fribourg (UNIFR).

Réunies au sein du smart living lab où le prototype a été construit, l’EPFL, la HEIA-FR, et l’UNIFR ont conjugué leurs compétences pour concevoir une maison efficiente sur le plan énergétique et qui démontre la capacité de la Suisse à maîtriser les questions liées aux modes de vie durables. De même, la HEAD, l’école d’art et de design de Genève a exploré différentes options de design d’exposition afin que le prototype sensibilise sur les enjeux de la durabilité.

DECATHLETES

Thierry Anstett, Joelle BaehrBruyere, Jeremy Bruegger, Vincent Carel, Matias Cesari, Samuel Cotture, Benoit Cousin, Valentine Declerck, Salma Derouiche, Finn deThomasWagner, Vincent Devillers, Marga Espinos, Arianna Estorelli, Morgan Fargues, Mathieu Farine, Matthias Ferrari, Yannick Fessler, Baptiste Gex, Guillaume Gruet, Valentin Jacquet, Antoine Maltey, Axelle Marchon, Gisela Maza, Florian Meyer, Alex Meys, Fanny Mignon, Margaux Peltier, Guillaume Rueff, Jessica Ruffieux, Alexandre Rychner, Victor Saade, Jocelyn Sapin, Sarah Sauthier, Loic Simon, Karni Siraganyan, Jeremie Stoeckli, Florian Szule, Xavier Tendon, Marin Thaller, Ozan Urundu, Flavia Viscardi, Cleo Wiseman, Elena Zambelli

LE NEIGHBORHUB VU PAR...

Interviews des étudiants :

 

Etudes : Master génie civil

Participation dans le projet :
Je touche à tout ce qui est ventilation et chauffage.

Qu’apportes-tu en tant qu’ingénieure en génie civil au projet ?
Je dimensionne le système de ventilation.

Quelle a été ta motivation principale pour participer ?
J’ai commencé l’aventure avec le tout premier workshop qui avait été proposé en 2014, parce que je souhaite me spécialiser dans tout ce qui est performance du bâtiment. C’était une bonne occasion de faire un projet concret. J’ai été prise dedans, j’ai trouvé ça chouette et j’ai continué jusqu’ici.

Quel est le fruit de ton travail dont tu es particulièrement fière ?
Au tout premier workshop, on a eu l’idée dans notre groupe de ne pas faire une maison, mais un bâtiment où les gens peuvent venir expérimenter et apprendre ce qu’est la société à 2000 Watts.

C’est à peu près ce qu’on fait encore maintenant ; c’est devenu une maison de quartier et on était l’un des deux groupes à y avoir pensé.

Le projet en un mot ? Partage
Partage de connaissances et d’expériences ! On apprend beaucoup. Le partage entre étudiants mais aussi avec les partenaires. On est par exemple allé chez un fournisseur et on a pu ramener des grands tuyaux avec nous. C’était amusant !

 

Etudes : Master génie civil

Participation dans la projet :
Je n’ai pas de réelle fonction mais je suis impliquée dans plusieurs workpackages, dont la réalisation du pavillon pour la Suisse et aussi le sponsoring. L’été dernier, j’ai aussi eu l’occasion de faire du dimensionnement.

Qu’apporte une ingénieure en génie civil au projet ?
Au début, ma formation m’a permis d’aider au dimensionnement du pavillon. Mais au final, je profite de ce projet d’abord pour voir comment s’organise réellement la construction d’un projet, et ensuite pour m’éloigner un peu de ma formation et découvrir d’autres domaines.

Quelle a été ta motivation principale pour participer?
Pour une fois, c’est un projet concret. En tant qu’étudiants, nous n’avons pas l’habitude de voir des projets se réaliser et voir le jour, surtout à cette échelle. C’est aussi la motivation de rencontrer des gens d’autres domaines, comme par exemple les gens en communication qu’on ne voit autrement pas du tout à l’EPFL. Le fait de pouvoir aussi collaborer avec des étudiants en architecture et en science de l’environnement nous permet d’entrevoir ce qui nous attend dans le monde professionnel. Il y a aussi le fait que l’énergie renouvelable et les aspects environnementaux sont des thèmes importants et qui m’intéressent.

Quel est le fruit de ton travail dont tu es particulièrement fière?
Actuellement, le fait de voir que le pavillon se construit. Alors quand j’aide à la construction et que je vois des petits murs se dresser, c’est assez satisfaisant.

Qualifie le projet en un mot. Un défi.
Défi parce que ce n’est vraiment pas évident et qu’on rencontre souvent de nouvelles difficultés auxquelles il faut faire face.

 

Etudes : Master en TIC ( Technologie de l’Information et de la Communication)

Participation dans la projet :
Je travaille dans la partie ingénierie.

Qu’apporte un ingénieur en technologie de l’information et de la communication ?
Je travaille sur la partie électrique, la domotique et la télécommunication. Je m’occupe des lumières, des interrupteurs, du chauffage , en somme de partout où il y a de l’électricité. Je suis également compétent lorsqu’il s’agit de faire communiquer les appareils entre eux et de s’échanger des informations.

Quelle est ta motivation principale pour participer ?
On m’a présenté le projet en première année de Bachelor. Ce qui m’a tout de suite plu était le côté interdisciplinaire et surtout l’aspect pratique. On ne fait pas seulement un projet sur papier ! C’est assez dingue de se dire que l’on va déplacer cette maison sur des milliers de kilomètres !

Quel est le fruit de ton travail dont tu es particulièrement fier ?
J’ai pu intégrer la problématique du système électrique de la maison dans le cadre de ma formation et on va pouvoir l’appliquer concrètement. Grâce à ce projet, j’ai pu continuer mon travail académique portant sur une installation électrique et l’appliquer à notre maison. C’est assez incroyable de non seulement finir mon travail de Bachelor sur une thématique du projet, mais aussi de pouvoir aller au-delà.

Comment utiliserais-tu le pavillon si tu étais son habitant ?
Ce que je trouve intéressant, c’est que l’on puisse varier les activités et organiser des événements différents qui correspondent aux habitants du quartier dans lequel le pavillon sera implémenté. Passionnant aussi, la partie pédagogique qui y est liée. On fait une maison de quartier pour sensibiliser les gens en expliquant comment la maison fonctionne.  En tant qu’ingénieur, je trouve que ça fait partie de notre devoir de citoyen de partager notre savoir.

Le projet en un mot ?
En deux mots ? Incroyable et Difficile.
Incroyable par le fait de pouvoir aller de bout en bout avec toute l’équipe multidisciplinaire, ce qui est plutôt rare dans le milieu professionnel. Difficile aussi, parce qu’il y a beaucoup de contraintes et qu’il faut toujours essayer de trouver le meilleur compromis. C’est ça qui fait l’intérêt du projet : on ne met pas d’œillères et on essaie de chercher des solutions ensemble.

 

Etudes : Master en microtechnique.

Participation dans la projet :
Je m’occupe des systèmes électriques dans la partie ingénierie (worpackage 2).

Qu’apporte un ingénieur en microtechnique ?
L’électricité est un élément important à prendre en compte dans la construction du pavillon. Mon bachelor en microtechnique n’est pas directement utile dans ce projet, parce que c’est un monde différent de celui de la construction ou de l’énergie.

Quelle est ta motivation principale pour participer ?
Je l’ai découvert parce que l’Association Solar faisait un événement à midi pour présenter le projet, et depuis je m’y suis beaucoup impliqué. J’étais vraiment intéressé parce que c’était quelque chose que je n’avais jamais vu avant dans mes études. Je me suis engagé parce que j’étais curieux de voir où le projet allait me mener. Le thème des économies d’énergie m’intéresse beaucoup.

Quel est le fruit de ton travail dont tu es particulièrement fier ?
J’ai appris à faire des diagrammes électriques et à maîtriser Adobe Illustrator entre autres. Je suis content d’avoir réussi à apprendre des astuces dont j’étais totalement incapable de faire avant.

Le projet en un mot ?
Une aventure.
Ce n’est pas seulement un projet d’étudiants ou un cours, où tu vas une fois par semaine pour travailler dessus. Ça prend beaucoup plus de temps dans ma vie que si ce n’était qu’un simple projet. En plus de ça, le projet est étendu sur une longue période et a besoin d’implication. C’est pour ça que c’est une aventure.

P

Études: Master in European Business à l’Université de Fribourg

Participation au projet: Je développe la narration du  potentiel de marché.

Qu’apportes-tu au projet ?
Je détermine qui sont les clients-cibles du NeighborHub et j’analyse aussi pour quels groupes sociaux notre bâtiment pourrait être utile. Donc je regarde quels services et fonctionnalités du NeighborHub peuvent correspondre à une communauté pour parvenir à progresser dans la transformation urbaine.

Quelle a été ta motivation principale pour participer?
La raison la plus importante pour moi est que ce projet était une opportunité de contribuer à la Suisse de demain, sujet qui touche ma génération. On va devoir faire face à de sérieux défis et c’est intéressant de travailler sur des solutions possibles et innovantes dans ce projet.

Quel est l’accomplissement dont tu es particulièrement fier?
Je suis très content qu’on ait enfin pu définir l’utilisateur-cible et le client-cible du NeighborHub il y a quelques semaines. On a pu utiliser un cadre développé par les chercheurs de l’EPFL, ce qui est super car ils sont les principaux pilotes du projet !

Qualifie le projet en un mot. Enrichissant.
Ce projet enrichit les étudiants qui y participent en leur fournissant une expérience unique d’apprentissage, mais pas seulement. Il est enrichissant pour notre pays car nous contribuons à la discussion autour de certains des défis sociaux et environnementaux les plus urgents.

Quelle est la fonctionnalité du NeighborHub que tu apprécies le plus ?
J’admire la multifonctionnalité du NeighborHub. Par cela je ne pense pas uniquement aux nombreuses utilisations possibles grâce à la modularité des structures du bâtiment, mais aussi aux différentes utilisations que le NeighborHub peut avoir dans un contexte social : du démonstrateur de mode de vie durable à l’initiateur de changements dans le processus complexe de planification urbaine.

Une anecdote drôle au sujet du projet.
C’est en fait la deuxième fois que je dois répondre à ces questions car Clarisse, l’étudiante qui était chargée de conduire les interviews, a perdu son iPod dans lequel étaient enregistrées les interviews dans leur forme brute. Même si je suis triste pour elle car elle a perdu un objet de valeur, cela m’a donné l’opportunité de répondre à nouveau à ces questions et à y réfléchir davantage.

Études: Je suis en deuxième année de master en architecture à l’EPFL.

Participation au projet: Je travaille pour le work-package 1 (la partie architecture) et le workpackage 5 (la partie sponsors).

Qu’apporte une architecte au projet ?
Je pense que l’architecte a pour but de développer un concept qui rassemble toutes les fonctions nécessaires au projet. Il fait des esquisses, des tests. La base du projet vient donc de là. Ensuite, la partie technique vient s’ajouter avec ses propres contraintes. L’architecte a le rôle d’intégrer l’ensemble des contraintes en mettant en valeur l’aspect esthétique et fonctionnel.

Quel a été ta motivation principale pour participer?
L’interdisciplinarité m’a attirée en premier lieu. Ce qui m’a vraiment motivée c’est l’opportunité de créer quelque chose à partir de zéro, de le voir naître, de pouvoir le construire et de le voir grandir jusqu’au bout. 

Quel est le fruit de ton travail dont tu es particulièrement fière?
Le fait de pouvoir participer et d’avoir l’opportunité de voir ce que nous avons imaginé se concrétiser.  Tous les concepts architecturaux se voient alors réalisé et s’érigent devant nos yeux. 

Qualifie le projet en un mot.
J’ai envie de dire « convivialité », mais c’est bien plusPlus parce que ce travail, c’est aussi faire partie d’une équipe. L’esprit d’équipe donne vie au projet.

 

Etudes : Ingénierie civil à l’EPFL

Participation dans le projet : Je suis responsable de l’équipe structure (workpackage 1) et membre du comité de l’association SOLAR pour l’infrastructure, la logistique et les workshops.

Quelle est ta contribution au projet ?
Avec l’équipe structure nous avons dimensionné tout le bâtiment pour qu’il résiste aux conditions climatiques à la fois suisses et nord-américaines. La maison doit respecter les normes des deux pays. Donc par exemple, toute la partie Skin a été dimensionnée par rapport au vent à Denver et les murs du Core dépendent plutôt des risques sismiques de Fribourg.

Quel a été ta motivation principale pour participer ?
J’ai commencé avec une unité d’enseignement ENAC (Faculté de l’environnement naturel, architectural et construit), suivie par le workshop d’été 2015. Dans mes études, j’ai toujours adoré les projets interdisciplinaires et ce qui m’a attiré dans celui-ci est le fait de travailler sur un projet concret qui était amené à se réaliser. Avec le workshop, c’est surtout l’équipe et l’ambiance qui m’ont donné envie de rester.

Qu’est que tu as appris sur le chantier ?
En tant qu’ingénieur, c’était intéressant de pouvoir participer pratiquement à ce qui normalement reste sur papier. Aucun de nous n’avait de véritable expérience de chantier, mais nous avons appris vite grâce au très bon encadrement de l’équipe professionnelle de construction. Le résultat est impressionnant compte tenu qu’il a été réalisé en grande partie par des non-professionnels. Les courts délais ont été un défi dû à l’emploi du temps des étudiants, néanmoins la maison a pu être montée comme nous l’imaginons.

Quel est le fruit de ton travail dont tu es particulièrement fier ?
Je suis fier du bon fonctionnement de l’équipe structure. Nous avons pu accomplir une très grande quantité de travail en peu de temps grâce à la motivation et à la bonne entente à l’intérieur de l’équipe.

Qualifie le projet en un mot. Complémentarité.
Je pense vraiment que la force de notre équipe est d’avoir des compétences très diverses. Il y a un très grand champ de formations dans l’équipe et chaque participant à des compétences qui lui sont propres. Cela nous a permis de couvrir tous les besoins du projet de manière efficace.

Quelle est la fonctionnalité du NeighborHub que tu apprécies le plus ?
Sans doute l’aspect social. Intégrer cet aspect social et communautaire dans une maison solaire c’était vraiment la chose à faire et c’est ce qui distingue notre projet des autres.

Quel est le rôle de l’association en relation au projet ?
C’est une association étudiante qui a été créé au tout début du projet, elle existait avant le Swiss Living Challenge et elle a aujourd’hui la fonction de représenter les étudiants du projet et de défendre leurs intérêts dans le projet.

 

Etudes : Ecole d’ingénieurs à Besançon

Participation dans le projet : Je participe au projet dans le cadre d’un stage en ingénierie de 8 mois (workpackage 2)

Quelle est ta contribution au projet ?
En ingénierie, je participe à l’installation électrique et au développement des algorithmes qui gèrent toute l’énergie du bâtiment. J’ai participé activement au chantier où je me suis occupé principalement de l’installation électrique et j’ai aussi aidé pour l’assemblage de grands éléments comme les façades. Je me suis bien amusé à prendre des photos de ces différentes étapes.

Qu’est que tu as apprécié le plus sur le chantier ?
J’ai été très content de participer au chantier, une activité pratique qui m’étais moins familière.  La mise en container a été une expérience enrichissante car elle demande encore plus de synchronisation en équipe, notamment pour le déplacement de pièces qui pèsent plusieurs centaines de kilos.

Quel a été ta motivation principale pour participer ?
Je connaissais déjà la compétition Solar Decathlon et avais visité l’édition 2014 à Versailles. Pendant les journées portes ouvertes de l’EPFL en novembre 2016, j’ai rencontré une partie de l’équipe qui se préparait à participer aux Solar Decathlon qui aura lieu à Denver en 2017. Etant donné que je devais faire un stage de plusieurs mois dans le cadre de mes études, j’ai tout fait pour pouvoir rentrer dans l’équipe. Cette expérience a dépassé mes attentes, puisque j’ai moi aussi la chance de partir à Denver en tant que Solar Decathlète et ainsi participer à la compétition du montage au démontage.

Quel est le fruit de ton travail dont tu es particulièrement fier ?
D’une part, il y a le plaisir d’avoir participé à la construction et de voir actuellement que tout est empaqueté dans les containers prêts à partir pour la compétition. La partie développement des algorithmes a aussi été un gros challenge et une réussite de voir qu’ils fonctionnent pour faire battre le cœur de la maison et bien aiguiller l’énergie de la maison comme on peut le vérifier sur les logiciels qu’on a développé.

Qualifie le projet en un mot.
Voyage. Parce que nous allons tous à Denver mais aussi parce que je suis arrivé dans l’équipe sans trop savoir où ça allait me mener. C’est un voyage tous ensemble, architectes, ingénieurs, communicants, vers un même but.

Quelle est la fonctionnalité du NeighborHub que tu apprécies le plus ?
J’aime beaucoup la partie atelier de réparation pour vélos qui permet d’entretenir un objet avec lequel on peut voyager. Autour de ces activités manuelles, on peut échanger nos connaissances et faire des rencontres sans forcément avoir des barrières de langue. Dans le NeighborHub, il y aussi des vélos-cargo à disposition, une alternative écologique qui permet de transporter du matériel ou des enfants. Oui, vous l’aurez deviné, j’aime beaucoup faire du vélo !

Raconte-nous une anecdote drôle qui s’est passée dans le cadre du projet !
Dans le cadre des portes ouvertes et de l’inauguration de la maison en juin, je devais aller chercher 20kg de fenouils au marché pour l’activité smoothies que nous avons organisé. Le mercredi matin, je prends mon vélo avec remorque et je pars au marché. Le problème c’est que j’avais oublié le nom du stand où je devais récupérer le fenouil… J’ai donc fait le tour des stands en demandant aux marchands s’ils avaient une commande de 20kg de fenouil ! J’ai eu la chance de tomber plutôt rapidement sur le bon stand où en expliquant que ce fenouil servirait à faire des smoothies, le marchand s’est exclamé : « Bon courage pour les boire ! ». Au final, les smoothies aux fenouils, même s’ils étaient particuliers, ont été appréciés par les visiteurs.

Qu’est-ce que tu gardes de cette expérience ?
Elle m’a beaucoup sensibilisé à l’environnement et je n’ai pas envie de m’arrêter là. Actuellement, je cherche un stage en Arctique dans le domaine de l’environnement. Etudier l’impact de l’homme dans ces régions m’intéresse beaucoup. D’autant plus que dans les années à venir, l’exploitation industrielle et les passages de bateaux vont s’intensifier dans cette zone. J’aimerais pouvoir agir pour limiter l’impact sur l’environnement. Si vous avez des contacts, je suis preneur !

 

Études : Je termine mon Master en architecture à la HES-SO Fribourg, après un Bachelor à l’hepia de Genève.

Participation au projet : WP1 architecture, task leader in architectural design

Qu’apporte ta fonction au projet ?
Depuis l’été 2016, on m’a attribué le rôle de la coordination et de la synthèse, la partie architectural design, donc tout ce qui est mise en forme du pavillon. C’est une fonction assez technique, mais ma formation me permet d’avoir d’assez bonnes connaissances techniques en plus de ce qui est design.

Quelle a été ta motivation principale pour participer?
J’ai participé à un atelier en lien avec le Solar Decathlon où on avait dû réaliser une première ébauche du pavillon et je me suis pas mal pris au jeu. Du coup, j’ai participé cet été aux deux Summer Workshops, ça m’a bien plu et je me suis bien accroché au projet.

Quel est l’accomplissement dont tu es particulièrement fier?
Réussir à travailler tous ensemble avec des domaines très variés et arriver à des solutions qui semblent le plus convenable pour tout le monde. Parce qu’on ne connait pas vraiment ce genre de situation dans le métier. On est tous partis du même point, donc pas de pavillon, et on doit tous arriver à un pavillon. Ce n’est pas classique par rapport au monde du travail, mais je trouve qu’on y arrive plutôt bien.

Qualifie le projet en un mot : une équipe.
D’habitude dans le métier c’est le client qui fait une commande à l’architecte, l’architecte qui lui envoie ses plans, etc. C’est un processus très phasé et personne ne travaille « ensemble ». Ici, on travaille tous en même temps. En plus, on participe à une compétition à laquelle on a tous la même importance, donc l’équipe c’est vraiment ultra important.

Quelle est la fonctionnalité du NeighborHub que tu apprécies le plus ?
Les portes pliantes en façade. Déjà elles ont plusieurs rôles : non seulement elles servent d’ouverture et de fermeture, mais en même temps on a réussi à leur attribuer beaucoup d’autres rôles comme pouvoir y mettre des panneaux photovoltaïques. Grâce à ces portes, on peut orienter les panneaux pour optimiser la captation d’énergie solaire. En plus de ça, elles servent à faire de l’ombrage.
Il y a quelque chose de très logique qui rend ces portes indispensables. En été à la fois on ouvre les portes, on améliore l’efficacité des panneaux et en plus on crée de l’ombre donc c’est quelque chose de combiné et d’assez intelligent.

Une anecdote au sujet du projet.
Pendant le Summer Workshop on a fait un week-end team-building à Schwarzsee à Fribourg où on a pu  descendre la vallée en trottinettes géantes. C’était une activité vraiment très drôle, malgré le fait que beaucoup soient tombés et se soient blessés. Je suis tombé d’ailleurs, j’étais éraflé aux bras et aux jambes. Donc au final on était tous un peu dans la même galère. Mais une collègue s’est ouvert le genou et a dû être amenée aux urgences pour se faire rafistoler. C’était vraiment une péripétie inoubliable.

 

Études : J’ai fait un master d’ingénieur en environnement à l’EPFL.

Participation au projet : Je suis task manager in environment & sustainability dans le workpackage ingénierie.

Qu’apporte ta fonction au projet ?
Je m’occupe des plantes. Contrairement à la structure et à l’architecture, ça ne touche pas la maison en elle-même, cependant la biodiversité qu’on essaie de promouvoir et l’un des leviers d’action du traité dans le projet. Le but de la maison est de promouvoir les échanges de connaissances entre  génération. L’agriculture urbaine et le do-it-yourself est propice pour ces échanges.

Quelle est le challenge dans ta tâche ?
Vu qu’on n’a pas le droit d’exporter des plantes, on ne peut pas mettre les plantes en place depuis chez nous. Du coup, il y a beaucoup d’interactions avec les États-Unis. Le décalage horaire de 8h n’aide pas mais  chaque fois que je rencontre quelqu’un aux États-Unis qui est motivé par le projet, ça me motive encore plus.

Quelle a été ta motivation principale pour participer?
J’ai toujours été intéressé par ce genre de concepts. Je trouve qu’on est une équipe qui est super motivée et qui a beaucoup évolué depuis ces deux dernières années. Le côté social du cette maison pour le quartier m’a beaucoup plu. C’est un projet assez incroyable et ça rejoint ma philosophie de vie.

Que ferais-tu du NeighborHub si tu pouvais bénéficier de ses services ?
Un peu tout ce qui est Do-It-Yourself. J’aimerais bien me faire une petite formation d’agriculture en pots pour savoir comment je peux cultiver chez moi. J’irais bien volontiers à un repair-shop où on peut réparer ou transformer des objets. Sinon éventuellement proposer ou suivre des conférences.

Qualifie le projet en un mot. Diversité.
Pour tout ce que je viens de dire avant : la diversité des fonctions, la diversité du public, et évidemment la bio-diversité. La diversité, c’est la richesse.

Une anecdote drôle au sujet du projet.
Il y a deux ans, lors d’un workshop, on a fait une vidéo pour promouvoir notre version du bâtiment qui s’appelait Better Power Tower. On avait fait un petit rap qui faisait : « Entends-tu la clameur, ça vient de la ville, c’est le cœur ». Je ne sais plus exactement, mais enfin bref, c’était marrant.

 

Etudes : Master en génie civil à l’EPFL

Participation dans le projet :
Student manager WP2. Je suis responsable pour tout ce qui concerne l’énergétique du bâtiment (avec les concepts passifs comme la ventilation naturelle), la production d’eau chaude (principalement la plomberie, les sanitaires) et l’environnement.

Qu’apportes-tu en tant qu’ingénieure en génie civil au projet ?
Mon rôle est celui de manager les étudiants qui travaillent sur ces thématiques-là. Il y a Morgan qui travaille sur la végétation, Xavier qui a fait un énorme travaille sur la production d’eau chaude à l’aide de panneaux solaires thermiques, Benoît qui a fait énormément pour la plomberie. Après, j’ai dû gérer ce qui est conception, commandes et apport du matériel. Sur le chantier, j’ai fait principalement la plomberie et les sanitaires et j’ai aidé pour l’installation de l’aquaponie.

Quelle a été ta motivation principale pour participer ?
Bien évidemment la durabilité est un sujet qui m’intéresse, surtout appliqué à l’habitat et à l’urbanisme. De plus, je trouve chouette le fait que ça ait commencé par une association d’étudiants très motivés avec un objectif commun, celui de participer à une compétition internationale, d’affronter des autres équipes et enfin de faire un projet pratique contrairement à ce qu’on fait d’habitude à l’université.

Quel est le fruit de ton travail dont tu es particulièrement fière ?
Les toilettes sèches, l’aquaponie et le solaire thermique. Ce sont des idées qui sont là depuis le début et me rappelle les motivations premières qui m’ont donné envie de m’impliquer.

Quelle est la fonctionnalité du NeighborHub que tu apprécies le plus ?
Le côté DO-IT-YOURSELF et l’apprentissage par l’expérimentation. Les toilettes sèches, l’aquaponie et les panneaux solaires thermiques homemades en sont la preuve.

Qu’est-ce que t’as appris le projet ?
C’était une expérience très utile pour comprendre le déroulement d’un chantier. J’ai pu prendre conscience de tout ce qu’il y a autour de la construction : l’organisation, l’approvisionnement du matériel, les commandes, … Je me suis aussi rendue compte de l’énorme écart entre ce qu’on apprend en théorie

 

Etudes : Ingénierie civile à l’EPFL

Participation dans le projet :
Market potential (WP1), Construction et estimation des coûts (WP6) et président de l’association SOLAR

Qu’apporte ta fonction au projet ?
J’ai intégré le projet lors de l’élaboration de la forme architecturale et ai participé aux critiques sur le design architectural. Ensuite, je me suis de plus en plus impliqué dans l’association pour organiser les workshops, la logistique, les activités Team Building, etc. Association dont j’ai repris la présidence. Durant le workshop d’été 2016, je me suis concentré sur la partie « market potential » et l’estimation des coûts de la maison. Intéressé par la construction, j’ai suivi un cours pour la pose des VELUX ainsi qu’une formation pour conduire les nacelles pour pouvoir poser la façade.

Quel est l’accomplissement dont tu es particulièrement fier ?
Surtout la construction, mais aussi pouvoir réfléchir à la suite, ce qu’on fera du bâtiment après la compétition, et du coup défendre le concept.

Quelle partie de ton travail tu apprécies le plus ?
Ça m’a intéressé la possibilité d’avoir une vue d’ensemble du projet. C’est important pour gérer la coordination sur le chantier, mais aussi pour le « market potential ». Il faut connaître le projet dans son ensemble pour pouvoir le vendre ! Sur le chantier, j’ai particulièrement apprécié les échanges avec les professionnels qui nous ont apporté beaucoup de connaissances. C’était intéressant de voir la concrétisation sur le chantier de ce qu’on a développé sur papier.

Quelle a été ta motivation principale pour participer au projet ?
Au premier abord, je ne pensais pas m’impliquer car je ne me sentais pas assez compétent. En y regardant de plus près, j’ai été motivé à prendre part à ce projet concret réalisé par une équipe d’étudiants interdisciplinaires en lien avec des professionnels de différents corps de métier.

Qualifie le projet en un mot. Partage.
On apprend énormément les uns des autres, on n’a pas l’habitude de se confronter avec des gens de la communication ou du management par exemple.

Quelle est la fonctionnalité du NeighborHub que tu apprécies le plus ?
C’est intéressant le concept du partage qu’il faut développer, le fait d’utiliser le même objet (armoire d’échange), de partager des services (car sharing). Le bâtiment en tant que tel est un espace multifonctionnel qui peut accueillir bien des activités, mais toujours en lien avec nos 7 leviers d’action !

Qu’est-ce que t’as appris le projet professionnellement et personnellement ?
Pour moi ça ne s’arrête pas au retour des USA. J’analyserai ce que j’ai appris de cette expérience unique sous un angle critique pour en retirer des leçons pour la suite. Je suis curieux de voir comment évoluera le projet. Ce projet m’a donné envie de travailler en équipe et non individuellement, d’être plutôt généraliste que spécialiste.

 

 

Etudes : Architecture à l’EPFL

Participation dans le projet :
Modéliser le bâtiment en 3D pour pouvoir le découper et l’assembler.

Qu’apporte ta fonction au projet ?
Le bâtiment est fait comme un puzzle et donc pour le construire, il est nécessaire de modéliser les pièces en 3D. J’ai donc participé à la modélisationdu bâtiment pour ensuite pouvoir envoyer les planches de bois à découper avec une machine appelée CNC. J’ai particulièrement suivi les débuts du chantier lorsqu’on assemblait les planches de bois pour faire les modules qui ensemble composent la maison.

Quel est l’accomplissement dont tu es particulièrement fière
Le NeighborHub. Le fait d’avoir participé à sa construction et de l’avoir vu se transformer d’un modèle 3D à un véritable bâtiment.

Quelle partie de ton travail tu apprécies le plus ?
Le fait d’être tous ensemble et travailler avec des personnes d’autres domaines.

Quelle a été ta motivation principale pour participer au projet ?
J’ai eu connaissance du projet au travers d’un atelier d’architecture où nous avons travaillé sur les assemblage bois-bois. Certaines propositions d’assemblage ont pu être intégré dans le NeighborHub.

Qualifie le projet en un mot. Communauté.
J’ai écrit mon travail de diplôme sur les logements communautaires et c’est un concept qui m’intéresse beaucoup.

Quelle est la fonctionnalité du NeighborHub que tu apprécies le plus ?
Le fait de rassembler les gens et aussi de proposer des systèmes ou gestes que les gens peuvent intégrer chez eux au quotidien. Il y a plein de petits détails qui nous permettent d’avoir plus d’attention sur nos habitudes comme par exemple, le capteur entre le tuyau et le pommeau de la douche avec une illustration d’un ours sur une banquise qui fond selon la quantité d’eau que l’on consomme. Un moyen simple de prendre conscience de notre consommation.

Qu’est-ce que t’as appris le projet professionnellement et personnellement ?
J’ai appris à collaborer avec des personnes qui n’ont pas le même background que moi. Il faut s’adapter, ce n’est pas toujours facile de savoir comment s’organiser, mais super enrichissant. Et ce qui est top est qu’une vraie « team » a pu se créer !

ECOLES

Elle est l’université technique européenne la plus cosmopolite avec 120 nationalités et est très haut placée dans les rankings.

Fondée en 1896, elle est à la pointe de la technologie et, axée sur le monde professionnel, elle est en lien direct avec les entreprises.

Savoir-faire et savoir-penser sont les deux piliers de cette école d’art qui refuse tout dogmatisme pour favoriser une appréhension critique et créative du monde.

Fondée en 1889, elle est l’unique université bilingue de Suisse, un haut lieu de recherche et d’enseignement scientifique qui place l’être humain au centre.

PARTICIPER

Que tu sois un/e étudiant/e de l’EPFL, de la HEIA-FR, de la HEAD ou de l’UNIFR, la compétition Solar Decathlon est un défi pour toi ! Quelles que soient les branches que tu étudies, ta vision, ta personnalité et ta motivation nous intéresse !

Participer à la compétition internationale Solar Decathlon c’est concevoir, construire, tester et exposer aux US en 2017 un prototype solaire. Cet habitat solaire doit avoir un prix abordable, être attrayant, confortable et être la vitrine d’innovations pour des modes de vie durables. Il doit offrir l’énergie nécessaire pour y vivre tout en produisant autant, sinon davantage d’énergie qu’il n’en consomme.

Réaliser de A à Z ce prototype solaire, c’est développer tes aptitudes à répondre à des défis concrets et plus que jamais d’actualité !

A terme, l’équipe helvétique sera composée de plusieurs dizaines d’étudiants, issus de multiples disciplines.

Tu trouveras plus d’informations sur le projet sous :
http://www.swiss-living-challenge.ch/swiss-living-challenge/

WORKPACKAGES

Description des différents groupes de travail :

Leader : Hani Buri et Fred Hatt

Étudiants Manager : Axelle Marchon

 

Le projet architectural du prototype Solar Decathlon s’inscrira dans le contexte du développement de la périphérie urbaine. Le prototype de la compétition se veut être un activateur de la zone dans laquelle il est implanté en tenant compte de l’interdépendance des réseaux présents : espaces publics, mobilité, nature, activités économiques. Ayant pour but de créer une dynamique locale et collective en proposant de nouveaux espaces de partage et de services, il pourra se décliner en plusieurs variantes, s’adaptant ainsi aux différentes typologies d’habitats environnants avec des programmes mixtes où la cohabitation est nécessaire. Ce transformateur de zone devra être attractif pour la population, avec une expression commune de la communication du projet, de l’architecture extérieure et de l’architecture intérieure. Il permettra enfin de participer au renouvellement urbain avec une densification de l’habitat tout en préservant la qualité de vie.

Sa conception flexible sera obtenue à l’aide d’éléments de construction innovants en favorisant l’efficacité constructive. Le prototype de la compétition sera un exemple d’intégration de maison passive et d’intégration des énergies renouvelable avec une enveloppe 100% productive. Les utilisateurs de ce prototype seront implicitement instruits des alternatives existantes en termes de réduction de la consommation, de manières de faire plus écologiques et responsables. Le prototype intégrera les exigences de développement durable à tous les niveaux : environnemental, social et économique.

Ce WorkPackage comprend 8 Tasks (TS).

TS - 1.1 - URBAN CONTEXT

Contexte urbain : basé sur le concept de l’éco périphérie, nous travaillons sur les réseaux interdépendants (espaces publics, mobilité, nature, …), les principes de fonctionnement en symbiose (résidence, production, sociaux,…) et formaliser le concept d’ATICS – activateur, transformation, interface, connections, social – qui va initier et faciliter le processus de transformation de la périphérie vers un type d’habitats durables plus denses toute en privilégiant la qualité de vie.

TS - 1.2 - ARCHITECTURAL DESIGN

Dessin du prototype : créer et détailler la forme architecturale final du pavillon.

TS - 1.3 - CONSTRUCTION SYSTEMS

Système de construction : Développer la structure en panneau de bois du pavillon avec un principes d’assemblage novateur. Les coûts et le temps de construction seront pris en compte tout comme l’analyse de cycle de vie des matériaux.

TS - 1.4 - INTERIOR DESIGN

Design intérieur : designer l’aménagement et le mobilier intérieur des différentes parties du pavillon en cohérence avec le concept architecturale.

TS - 1.5 - LANDSCAPE DESIGN

Aménagement du paysage : créer l’aménagement extérieur du pavillon pour la site de la compétition.

TS - 1.6 - SOLAR AND PASSIVE INTEGRATION STRATEGIES

Intégration de stratégies solaires passives : réfléchir au fonctionnement passif du pavillon grâce à l’énergie solaire.

TS - 1.7 - VISUAL & ACOUSTIC COMFORT

Confort visuelle et acoustique : travailler sur la luminosité naturelle et artificielle ainsi que sur l’acoustique afin d’assurer un confort en correspondance avec les activités.

TS - 1.8 - MARKET POTENTIAL & SOCIAL APPEAL

Potentiel du marché et attractivité sociale : Définir comment le projet se positionnera sur le marché et quel est son public cible.

Leader : Phillipe Couty 

Étudiants Manager : Victor Saadé et Camilla Wiseman 

 

L’innovation sera au cœur du prototype suisse. L’ingénierie collaborera dès la phase de conception du bâtiment dans le WP1.0 de manière à atteindre notre objectif d’excellence dans l’intégration de l’architecture, de la construction et de l’ingénierie. Le bâtiment devra répondre à des objectifs de confort (température, lumière, qualité de l’air) et d’efficacité énergétique, lesquels ne pourront pas être obtenus sans cette intégration interdisciplinaire. L’ingénierie dans le bâtiment comporte des briques à hautes technologies issues d’autres domaines telles que la production de chaud et de froid, le stockage électrique et thermique, les systèmes de régulation et de contrôle (domotique), l’intégration des énergies renouvelables, et les appareils à très faible consommation. Le prototype sera un modèle de management de l’énergie en privilégiant l’autoconsommation dans son environnement smart-grid. Le prototype sera également connecté à son contexte urbain et intégrera notamment des solutions de mobilité électrique. Dans cette perspective d’innovation, elle fait également appel à la maîtrise de toutes les disciplines fondamentales telles que l’électricité, la mécanique, l’informatique, les télécommunications ainsi que la modélisation physique. L’aspect développement durable sera également pris en considération avec les analyses de cycle de vie (LCA).

Ce WorkPackage comprend 10 Tasks (TS).

TS - 2.1 - COMFORT & CONTROLS SYSTEMS

Système de contrôle et confort : designer le système de contrôle pour la lumière, les protections solaires, la température et la qualité de l’air ainsi que le système d’éclairage artificiel.

TS - 2.2 - SOLAR THERMAL, PLUMBING, MECH. SYSTEMS

Solaire thermique, tuyauterie, mécanique, système CVC : tester et modéliser les systèmes de récolte, stockage et distribution de l’énergie solaire thermique et chauffage, ventilation et climatisation ( CVC).

TS - 2.3 - PV AND ELECTRICAL SYSTEMS

Panneaux solaires photovoltaïques et système électrique : modéliser et tester la récolte, le stockage et le distribution de l’énergie solaire produite par les panneaux photovoltaïques.

TS - 2.4 - WATER & WASTE MANAGEMENT

Gestion des eaux et des déchets : développer et imager le concept de récolte de gestion des eaux et de déchets.

TS - 2.5 - ENVIRONNEMENTAL & SUSTAINABILITY

Environnement & durabilité : Intégrer l’analyse de cycle de vie ACV dans le choix des matériaux pour le pavillon. Proposer des solutions pour réduire la consommation, la production de déchets : imaginer un système d’alimentation local réduisant les besoins en transports ou l’intégration d’équipement et d’outil permettant de réparer ses objets cassées pour réduire les déchets de matériaux.

TS - 2.6 - ZONE SCALE ENERGY

Gestion de l’énergie à large échelle : définir un réseaux électrique et thermique à basse température sur le type des smarts-grid.

TS - 2.7 - MOBILITY SYSTEMS

Réseaux de mobilité : développer et optimiser un système de mobilité douce et de partage de moyens de transports pour le projet Swiss Living Challenge.

TS - 2.8 - CALCULATIONS CLUSTER

Calculs d’ensemble : simuler et optimiser les performances du bâtiment en terme de consommation d’énergie, de confort acoustique et visuel et de qualité de l’air.

TS - 2.9 - APPLIANCES & HOME ENTERTAINMENT

Appareil & installations intérieures : choisir les appareils les plus performants et les installations et équipements les mieux adaptés et modéliser leur consommation en correspondances avec les usages.

TS - 2.10 - STRUCTURAL DESIGN

Design structurel : calcul des efforts passant dans la structure.

Leader : Jérôme Baratelli 

Étudiants Manager : Flavia Viscardi 

 

Outre les aspects architecturaux et technologiques, la communication du projet est l’un des objectifs de la compétition ainsi que du prototype lui-même porteur d’un message fort. Les étudiants, professeurs, institutions et sociétés locales impliquées dans les partenariats, le grand public (web, médias) ainsi que les futurs utilisateurs du prototype seront le public-cible de cette communication. La communication visuelle du projet, l’architecture extérieure et l’architecture intérieure devront trouver leur dénominateur commun. Le bâtiment en lui-même est porteur du message du projet et il devra être identifiable dans son contexte urbain. Le Workpackage WP3 se focalisera sur le contenu : une boite à outil de communication du projet sera créée de manière à pouvoir être déployée par les autres workpackages tels que le WP4-Marketing et le WP5- Fundraising. Enfin, ce workpackage aura la mission de produire le délivrable « project communication » pour la compétition.

Ce WorkPackage comprend 5 Tasks (TS).

TS - 3.1 - STORY TELLING

Histoire : développer l’histoire du pavillon, son développement, pourquoi il est ainsi. Trouver les bons mots.

TS - 3.2 - GRAPHIC COMMUNICATION

Graphisme : développer une identité visuelle et créer tous les supports nécessaires pour la communication du projet.

TS - 3.3 - ARCHITECTURAL REPRESENTATION

Représentation architecturale : représentation du pavillon avec des rendus 3D, images de synthèse ou dessins divers ainsi que faire des photos de maquettes.

TS - 3.4 - PAVILION COMMUNICATION

Communication du pavillon : développer la signalétique du pavillon pour la compétition.

TS - 3.5 - SOCIAL MEDIA

Réseaux sociaux : développer et maintenir la présence sur les réseaux sociaux.

Leader : Alexandra Walther 

Étudiant Manager : Jessica Ruffieux 

 

Un des objectifs de la compétition est la dissémination du message qui sera porté par le projet : habitat solaire, technologies à la fois efficaces et accessibles, correspondant au développement durable. Le WP Marketing se concentre sur la communication extérieure : sponsors et partenaires externes, ainsi que le grand public à l’échelle locale, suisse et internationale. La stratégie de communication s’appuie sur différents médias tels que le site web, les réseaux sociaux ainsi que les publications et la participation à des conférences. Une des tâches consiste à extraire le contenu à communiquer des autres workpackages. Ce workpackage devra mettre en forme le contenu du projet en fonction du type de médias et du public cible, contenu qui devra se compléter à l’aide de photographies, montages vidéo ainsi que tout support visuel en étroite collaboration avec le workpackage 3.0 « Project communications ».

Ce WorkPackage comprend 4 Tasks (TS).

TS - 4.1 - CONTENT DEVELOPMENT

Développement du contenu : produire le contenu nécessaire pour les différents supports de communication (photos, vidéos, textes, …)

TS - 4.2 - PUBLICS EVENTS

Evènement publics : organiser et gérer le contenu et le déroulement des évènements publics.

TS - 4.3 - MEDIA RELATIONS

Médias relations : gérer la relation avec les médias et archiver les publications (vidéos, radios et journaux).

TS - 4.3 - WEB PRESENCE

Présence web : développer et maintenir le site officiel du projet.

Leader : Anne-Claude Cosandey 

Étudiant Manager : Baptiste Gex 

 

Le Solar Decathlon est un projet concret qui non seulement engage les institutions académiques mais qui implique aussi d’autres partenaires privés et publics. L’équipe « Partnership development aura pour missions principales de rechercher des sponsors et d’assurer leur suivi. En étroite collaboration avec le WP4 Branding communication, ce workpackage présentera le projet de manière attractive en valorisant à la fois le prototype ainsi que ses partenaires. La visibilité du projet et des sponsors devra être garantie à travers toute la campagne de communication pendant les 18 mois de la compétition. Toujours en collaboration avec le WP4, il aura la charge de planifier, d’organiser et de coordonner les évènements officiels de la compétition en collaboration avec les partenaires du projet.

Ce WorkPackage comprend 3 Tasks (TS).

TS - 5.1 - PROSPECT DEVELOPMENT

Recherche de partenaires

TS - 5.2 - ACQUIRED PARTNERS NUTURING

Suivi des partenaires investis : entretien des relations avec les partenaires du projet.

TS - 5.3 - IN-KIND PROSPECT

In-kind : Développer les besoins en « in-kind » suivant l’évolution du projet.

Leader : Barbara Tirone 

Étudiants Manager :  Matias Cesari et Vincent Devillers 

 

La construction du prototype dans sa phase d’exécution sera pilotée par ce workpackage. Il devra gérer également la logistique du transport, de l’approvisionnement et de stockage des matières. Il prendra en charge les aspects de santé et de sécurité des utilisateurs dont la sécurité de la construction elle-même en Suisse et aux Etats Unis avec une planification précise, ainsi que l’utilisation de l’infrastructure de la Halle de construction et de son équipement en collaboration avec les gestionnaires de la Halle bleue. A ces tâches opérationnelles se rajoutent également la mission de calcul des coûts de construction ainsi qu’un travail sur l’efficacité constructive.

Ce WorkPackage comprend 7 Tasks (TS).

TS - 6.1 - PROTOTYPE CONSTRUCTION

Construire le pavillon !

TS - 6.2 - HEALTH & SAFETY MGMT

Management de la santé et la sécurité : mettre en œuvre et développer la sécurité lors de la construction du pavillon à Fribourg comme à Denver.

TS - 6.3 - MATERIAL PROCUREMENT & STORAGE

Commande et stockage des matériaux : acheter et assurer le suivi des matériaux et équipements de construction.

TS - 6.4 - SHIPPING & LOGISTICS

Logistique et transport : organiser le transport du pavillon de Fribourg à Denver et son retour sur Fribourg.

TS - 6.5 - ACCOUNTING (PAVILION)

Comptabilité du pavillon : gérer la comptabilité pour la réalisation du pavillon.

TS - 6.6 - COST ESTIMATE (UPSCALE)

Estimation des coùts : faire le devis estimatifs des coûts du pavillon et assurer au mieux le respect de ses coûts lors de la réalisation.

TS - 6.7 - FACILITY & EQUIPMENT MGMT

Management des installations et équipement : gérer l’utilisation des installations et équipement mise à disposition de l’équipe suisse à la BlueFACTORY.

Leader : Eric Domon 

Étudiants Manager : Samuel Cotture 

 

Le project management est lié à tous les autres workpackages : planification des tâches des autres WP’s, gestion des ressources, suivi de toutes les tâches du début jusqu’aux délivrables. Il s’assure de la couverture de tous les besoins du projet et prospecte également pour de nouvelles ressources : propositions de projets dans le cadre des cursus existants, démarches auprès des étudiants et des professeurs. Il est le garant de l’enregistrement des rapports de projet ainsi que des délivrables. Ce workpackage proposera des outils IT de management tels que la planification de projet éditable par toutes les équipes ainsi que des outils stockage de fichiers centralisés, multi-institutions et sécuritaires.

Ce WorkPackage comprend 6 Tasks (TS).

TS - 7.1 - PROJECT SCHEDULING & TASKS TRACKING

Calendrier et tâches aux sein du projet : développer et maintenir les calendriers, horaire et tâches du projet.

TS - 7.2 - DATABASE MGMT

Database : gérer la database contenant tout les documents en rapport avec le projet.

TS - 7.3 - HUMAN RESSOURCES

Ressources humaines : assurer les ressources humaines pour la réalisation du pavillon et toutes les tâches en lien en intégrant notamment des classes et des projets d’étudiants.

TS - 7.4 - TEAM COORDINATION & INFORMATION EXCHANGE

Coordination de l’équipe et échange des informations : faire en sorte que tous les participants au projet soi tenu au courant de l’évolution de l’ensemble du projet.

TS - 7.5 - BUDGET TRACKING FOR WPs

Gestion des budgets pour chaque workpackage.

TS - 7.6 - STRATEGY AND COMPLIANCE DOE RULES

Stratégies et conformité aux règles imposées par la DOE (organisateurs de la compétition Solar Decathlon 2017 aux USA.